Vous êtes ici

A-A+

Patrimoine et histoire

Rue de l'eglise au début du XXe siècle

C'était la rue la plus commerçante de la commune, deux boulangeries, une charcuterie, deux épiceries/bar.
Des porches et des passages desservaient d'autres maisons, en arrière de celles qui bordaient la rue.


Mairie

L'école des garçons- mairie au début du siècle.

Le monument au morts n'existe pas.
Le marronniers ombrageaient la place et il semble qu'un arbre s'élevait dans la cour intérieure de l'école devenue de nos jour une partie de la salle Conseil Municipal.

La place de la mairie en 1906.

 

Fontaines

L'eau est à l'origine de l'implantation du village.
Présence d'un ruisseau : la Gronde
Aménagement d'une mare où venaient boire les troupeaux
Un lavoir lieu social,
Un abreuvoir-fontaine puis enfin d'une borne d'eau ou pompe publique.

L'utilisation de l'eau ponctuait le temps des hommes et des femmes au rythme des élevages et du travail de la terre ou de la vie domestique et était un indéniable vecteur de cohésion sociale.

Lors du réaménagement du centre bourg de Demouville ces idées furent à l'origine du projet : réintroduire l'eau comme symbole de vie rythmant le temps social des habitants. 

Bruno Saas, architecte, sculpteur, des ateliers Saint Georges, a crée les deux fontaines. Deux urnes couvertes par deux carapaces de tortues "symbole d'éternité" écouleront les heures du jour et de la nuit.


Le Tambour du garde-champêtre

Zone de Texte:

"Oyez, oyez, braves gens..."

"Avis à la population..."

Après les dernières annonces des crieurs publics d'antan et les derniers roulements de tambour d'Adrien, garde-champêtre dans les années cinquante, que soient d'abord remerciés ici toutes celles et ceux qui ont participé peu ou prou à l'élaboration de cet album : photographes oubliés de la première moitié du siècle et leurs modernes successeurs, éditeurs, acheteurs et collectionneurs de cartes postales, nos anciens qui ont permis, grâce à leurs souvenirs, aux membres de la commission information, sous la présidence de Michel Basley, maire, et aux autres Démouvillais passionnés de l'histoire de notre village, de réaliser un acte de la mémoire vivante de notre siècle. Remercions également la Municipalité qui a permis de vous l'offrir.

Sans remonter a Dom wald, Danois du dixième siècle, qui aurait légué son nom à Démou ville, puisse ce modeste recueil montrer à tous nos concitoyens, vieux Démouvillais et horsains dont je fais partie, que notre village rurbain, rural et urbain, possède un passé, une histoire et une âme qu'il n'a pas perdus au cours des bouleversements de ce siècle : première guerre mondiale, développement de la Société Métallurgique de Normandie et du monde ouvrier, destruction à la libération en juillet quarante-quatre, reconstruction des années cinquante et agrandissements successifs, et qu'il ne les perdra pas dans son adhésion au District du Grand Caen, ni dans la construction de l'Europe de la fin du siècle.

À Démouville, Septembre 1992
Jean-Claude Renvoisé


Croix de guerre 1939-1945

Démouville a été détruit à 80%, ce qui lui a valu une citation et la croix de guerre.

Contactez-nous